Espace Jules Verne

Publié le

  • Le vaisseau Jules Verne a rejoint non pas la lune, mais la station spatiale internationale (ISS). Il s'agissait de la ravitailler. Derrière cette fontion d'apparence simplement logistique se cache une prouesse technique : amarrer un harpon de 15 cm de diamètre dans un orifice de 90 cm de diamètre, entre deux bolides en mouvement (à 28 000 km/h) dans l'espace extra-atmosphérique.

    La maîtrise du lancement, puis de la conduite à distance d'un tel vaisseau démontre une capacité éviente : l'Europe est un acteur qui, discrètement, acquiert petit à  petit l'ensemble des fonctions d'une grande puissance de l'espace.

    Prochain objectif : utiliser un vaisseau récupérable : c'est à dire être capable de la rentrée dans l'atmosphère.
    Alors, on saura :
    - sortir  de l'atmosphère
    - y travailler
    - en revenir.

    La géopolitique parle de territoire : ils ne sont pas simplement en 2D, il faut incorporer toute la troisième dimension. Y compris au-delà de l'atmosphère.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article