Ponant au Levant

Publié le

Le yacht Ponant a été libéré du côté de la Somalie. Ce fut l'occasion de nombreux reportages de presse sur la piraterie moderne.

La "sécurité des routes maritimes" devient un impératif contemporain. Elle rejoint la "sécurité des approvisonnements énergétiques", comme on dit désormais (voir à ce propos le discours du 1er ministre devant l'IHEDN, en février dernier : il ne parle plus de "sécurité énergétique", terme anglo-saxon qui s'avère peu clair).

Cette sécurité des routes est en effet une nécessité de la mondialisation. L'empire romain batit autrefois sa force sur la sécurité de ses routes. Il devrait en être de même aujourd'hui. Or, on s'aperçoit que pour assurer cette sécurité, il faut réformer la convention de Montego  Bay, et admettre que la piraterie ne s'exerce plus seulement dans des eaux "internationales" mais qu'il faut aussi agir internationalement dans des eaux "nationales".

Nouvelle dérégulation, nouvelle porosité de la souveraineté étatique, nouvelle nécessité de la mondialisation...

Aléas de la victoire de la puissance maritime : qui tient les mers, tient les côtes, et donc le rimland, et donc le heartland ? Mais comment tenir les mers, et les routes qui les traversent ? Et si, dans ce domaine maritime, il s'agissait aussi d'une petite guerre, et d'action indirecte ?

Le Ponant, c'est là où le soleil se couche, à l'Occident. Cette fois, on a libéré le Ponant ......

Publié dans Géopolitique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article