Plateau continental (II)

Publié le

Ce qui est captivant, avec cette histoire de plateau continental dont je parlais hier (ici), c'est que nous observons là une géopolitique presque archaïque, dans le sens où des puissances se chamaillent pour conquérir des territoires : on se croirait entre le Portugal et l'Espagne dans les dix ans qui ont suivi la découverte de Colomb (le traité de Tordessilas, de mémoire, intervient deux ans à peine après), ou entre les puissances européennes de 1880 au moment du traité de Berlin qui a partagé l'Afrique.Traité de Tordesillas, folio 6 recto, Bibliothèque Nationale de Lisbonne
Pardon pour les spécialistes qui m'expliqueront tous les raffinements possibles sur ces deux traités, je conviens de toutes les précisions qu'il faut ajouter, mais l'important n'est pas là.

Car de quoi s'agit-il ? de l'affrontement brut de puissances qui se disputent des territoires, et voient un rapport direct entre la taille et la richesse, donc la puissance.

Ce qui est remarquable, c'est que cela se passe dans l'indifférence générale, et sur des territoires qui touchent forcément à la biosphère. Cette indifférence est explicabe  : l'exploitation n'est pas pour aujourd'hui, il n'y a pas d'humains qui y habitent, enfin le rapport entre les fonds marins et l'équilibre de la biosphère est très mal connu.

Puisque nous parlons de nos méconnaissances, il faut bien sûr citer l'excellent petit livre d'Orsenna sur les courants marins :

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article