Missiles russes et indiens

Publié le

L'actualité des missiles a été chargée, cette semaine.

Il ya d'abord eu le lancement réussi d'un missile AGNI-3, par l'Inde, le 7 mai à 04h30 GMT.
Il a une portée de 3 000 à 3 500 Km, et a été lancé depuis l'île de Wheeler, au large de l'état d'Orissa (est du pays) (voir
images sattelite ici).
L’engin, qui pèse 48 tonnes et mesure 16 mètres de long, constitue la troisième génération de la lignée Agni (qui signifie "feu" en sanskrit). La première génération de ces missiles a été conçue pour atteindre le Pakistan. Les missiles peuvent tout aussi bien être équipés d’armements conventionnels que nucléaires.
Deux tirs tir d’Agni-III avaient déjà été effectués dans le passé. Le premier missile, en juillet 2006 s’était abîmé en mer après avoir raté sa cible. Le second, en Avril 2007, avait passé le test avec succès.
Ce missile longue portée est capable d’atteindre des villes chinoises comme Pékin ou Shanghaï. L’Inde travaille maintenant sur le projet Agni-IV, une nouvelle génération de missiles capables de couvrir une distance de 6000 kilomètres. (source : AFP)

Bref, l'Inde n'est pas encore une puissance ballistique intercontinentale, mais elle a des capacités réelles qui la replacent très bien dans le petit club des puissances nucléaires. Cela répond à la base sous-marine chinoise (cf.
Billet) qui montrait que la Chine n'avait pas la capacité de tenir un SNLE à la mer en permanence, ce qui crédibilisé vraiment une dissuasion. Avec l'Agni 3, l'Inde prend l'avantage sur Pékin. Car ce missile est plus destiné au voisin du nord qu'à celui de l'ouest (le Pakistan).

Le 9 mai, lors du défilé de la victoire à Moscou, on a donc vu le SS 27, le Topol-M.







Lui a une portée de 11 000 Km, et démontre donc la modernisation de l'armement russe. Mais tout ceci est bien évidemment à placer dans le grand marchandage en cours entre Washington et Moscou. Derrière les SSBM et ISBM, il y a bien sûr la question de la défense anti-missile. Avez-vous d'ailleurs remarqué que ce Topol est sur un camion. Donc mobile.... Il va falloir beaucoup de radars, pour savoir où il est !

Bref, la dissuasion à l'ancienne a encore de beaux jours devant elle. N'en déplaise à tous ceux qui s'excitent sur le BAM (notamment certains Allemands, comme je le remarquais ici)

.

Publié dans Nucléaire

Commenter cet article