Macédoine : des élections qui dégénèrent

Publié le

Les élections législatives anticipées qui ont eu lieu dimanche 1er juin ont dégénré, notamment dans les zones albanaises. (voir ici) et ici). Voir Le Monde.

Il y a eu, au cours de fusillades, un mort et plusieurs blessés. Un parti albanais membre de la coalition serait à la lutte avec un autre, dans l'opposition mais qui revendiquait, lors des dernières élections, la victoire.

L'OSCE (voir ici) a conclu que l'élection ne remplissait pas les standards internationaux : le cas est rare. L'OTAN dénonce immédiatement (voir ici).

Deux événements ont provoqué cette montée de violence :
- la proclamation d'indépendance du Kossovo, très applaudie par les Albanais du Kossovo (25% de la population) (voir billet) tandis que les  populations slaves de Macédoine n'ont voyaient d'un mauvais oeil l'indépendance kossovienne
- le veto Grec à l'adhésion de l'ARYM dans l'OTAN, si elle conservait son nom de Macédoine (voir billet).


La mécanique infernale semble en route : le critère linguistique va devenir la base de critère ethnique (le mot ethnique étant fort imprécis), et donc de revendications "nationales". Surtout, toute minorité "ethnique" a compris la voie à suivre : violence, répression, dans une dialectique (une ascension aux extrêmes, dirait le grand Carl von C) qui poussera à une fragmentation sans cesse plus éparpillée. Avec pour conséquence  éclatement de la Bosnie Herzégovine, séparation de la Voïvodine, et contagion aux pays voisins (ROumanie, Bulgarie, Hongrie....).

La violence va-t-elle se propager ? et donc valider, après coup, la position serbe et russe sur le Kossovo ? Le "modèle" macédonien risque en tout cas de marquer un coup d'arrêt.

Et dire que la mission de l'OSCE, depuis 1992, est la plus ancienne en cours !

Olivier Kempf

Publié dans Confins balkaniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article