Montesquieu, géopolitologue

Publié le

Je ne peux résister au plaisir de vous signaler l'édition de l'esprit des lois, de Montesquieu, en ajout de l'édition du Monde (voir ici, ici et ici)de la semaine dernière : pour 9,90 euros, vous avez le texte intégral (en un volume), ce qui est imbattable.

Alors les philosophes politiques évoquent la théorie de la séparation des pouvoirs, et cela est vrai. Les juristes en retiennent... le titre, et c'est bel et bon.
Mais il ne faut pas oublier que l'Esprit des lois est d'abord un traité de géopolitique, le plus achevé et cohérent jamais écrit jusque là. Car au-delà de la théorie des climats, si facileement brocardée, il y a l'intuition profonde que la géographie aide à expliquer la politique, et que la politique ne peut oublier la géographie. Ce qui est une belle définition de la géopolitique, vous en conviendrez.

Je confesse que je n'ai pas lu l'oeuvre en entier, seulement des extraits ; et que les moments de méditation qui m'attendent me permettront certainement de combler cette lacune. Nul doute qu'alors, je rédigerai un fiche de lecture approfondie, voire un article. Car autant il y a des études d'histoire de la pensée économique, autant il manque d'études d'histoire de la pensée géopolitique. J'y reviendrai, au fil de l'eau.

Mais vous, lecteur, vous devez d'acquérir le volume.

Voici ce que dit succinctement Le Monde de l'oeuvre

Né à Montesquieu, près de Bordeaux, en 1689, mort à Paris en 1755, Charles-Louis de Secondat, baron de Montesquieu, a étudié le droit à l'université de Bordeaux puis à Paris. Châtelain et magistrat, il travaille sans bruit jusqu'au moment où il est rendu célèbre, en 1721, par le succès éclatant des Lettres persanes, un des textes les plus brillants de la littérature française. Entré à l'Académie française en 1728, Montesquieu entreprend ensuite un long tour d'Europe dont se nourrira son oeuvre majeure, De l'esprit des lois, publiée après un immense travail seulement en 1748. Cette réflexion fondamentale, accusée d'hérésie et d'athéisme, déclenche une vaste polémique. Montesquieu y participe en publiant Défense de l'esprit des lois.
Somme impressionnante, De l'esprit des lois combine une théorie générale des lois, pensées comme rationnelles en dépit de leur disparité infinie, une typologie des régimes politiques et une réflexion de fond sur la liberté, garantie par l'indépendance des pouvoirs et leur limitation constitutionnelle. La finalité de cette "balance des pouvoirs" est de rendre impossible toute tentative de despotisme.
Il n'y a donc de liberté, pour Montesquieu, que si "le pouvoir arrête le pouvoir". C'est pourquoi sa pensée demeure toujours d'une remarquable actualité, bien qu'un singulier paradoxe de l'histoire ait voulu qu'il soit souvent mieux lu et mieux compris à l'étranger, en particulier en Amérique, que dans son propre pays.

Commenter cet article