Guerre et frontière : le sujet du CID

Publié le


On (merci à on, il se reconnaîtra, bon vent pour l'oral) me transmet le sujet de culture générale du concours du CID 2008 :


Dans son ouvrage "Tous azimuts" (1989), Régis Debray citait Charles Péguy:

"Nous sommes tous aujourd'hui placés à la brèche. Nous sommes tous à la frontière, la frontière est partout. La guerre est partout, brisée, morcelée en mille morceaux, émiettée; Nous sommes tous placés aux portes du royaume."

Cette observation vous semble-t-elle aujourd'hui pertinente ?

 

 

Si j’ai bien compris le sujet, il s’agit de la guerre aux frontières, de moins en moins pertinente.

 

J’aurais adopté une vision de philosophie politique, qui est à la source des devoirs de culture générale des concours de la fonction publique.

 

Donc, qq chose comme :

 

Intro

Debray, un candide médiologue, du guévarisme à la société du spectacle. Amateur de paradoxe (d’où citation de Péguy).

Sujet.

IM : repenser la frontière impose de repenser la guerre.

Annonce de plan.

 

1/Les Fondements : la frontière des Etats

1A/ L’Etat westphalien

Depuis le modèle Westphalie (1648), l’Etat a le monopole de la guerre (monopole de la violence légitime, Max Weber). C’est de là qu’il tient sa souveraineté, à la fois intérieure (régulation de la société) et extérieure (défense du territoire). Dans cette conception « moderne », l’Etat est forcément lié à son territoire, donc aux frontières. Pour être chic, on cite Michel Foucher, « Fronts et frontières »

1B/ Souveraineté frontalière

Pour assurer sa mission de souveraineté, il dispose de deux outils : une armée permanente, et donc la fiscalité qui lui permet de le maîtriser. L’armée sert la guerre aux frontières.

Vous ajoutez des dvpts sur le pré carré de Vauban (bicentenaire de sa mort), et sur l’identité nationale (Nation en armes) qui ne sont que des variations de ce modèle westphalien. Insistez sur Péguy, mort au champ d’honneur, grande guerre patriotique de 14, « heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle ».

D’où transition sur remise en cause, suggérée par Debray.

 

2/ La frontière remise en cause

Mais aujourd’hui (post moderne, post westphalien) double mise en question de la souveraineté

2A/ Le processus européen (trois piliers, PSCD, etc.). Tartine sortant du cours.

2B/ Mondialisation, transgression des frontières, Schengen et Internet et migrations etc…

Rajoutez une touche d’individualisme contemporain et de perte des cohésions d’autrefois.

Bref, une partie facile à écrire et sans grande originalité. L’adapter au thème de la frontière.

Transition : il faut faire qq ch, ma bonne dame Michu.

 

3/ D’où repenser la défense

3A/ les agressions ont changé de forme, suivant elles aussi la perméabilité des frontières (cf. analyse risques et menaces du livre Blanc chap I, grippe aviaire et transcriminalité, ouh la la !). Attention, ne pas citer le LB à ce moment là, le garder pour la conclusion.

3B/ il faut donc une défense polymorphe et multimodulaire (là, il faut être un peu technocrate et jargonnant, montrer qu’on a de l’instruction et lu les auteurs compliqués), continuum de sécurité intérieure (ça, il faut absolument le placer, mot magique)  du HLM jusqu’à Kaboul, comme autrefois la dissuasion du FAMAS au SNLE

 

Conclu : heureusement, le livre blanc est arrivé, enfin la lumière sur des choses cachées depuis la fondation du monde, on est les plus forts, vive la France, vive la réforme. Car « nous sommes tous sur la brèche ».

 

 

Et en plus, je vous ai sorti un plan en trois parties, dont vous êtes des fanas indécrottables.

C’est un Quoi – Problème – Solution tradi. Deux sous-parties seulement, car en trois heures on n’a pas le temps de faire trois fois trois sous-parties (je recommande, dans l’ordre, les plans en 2-2, 2-3 et 3-2, mais jamais 3-3 même si c’est ce qu’on raconte partout et notamment à la revue verte qui se croit encore en 1897).

 

C’est politiquement correct. Le plan proposé ici est tout terrain. Pas brillant, mais on obtient de 13 à 15 selon les fautes d’orthographes et la calligraphie.

 

 

Si on veut être plus ambitieux, on réduit la partie fastidieuse sur la disparition moderne de la frontière pour ajouter que justement, elle se survit (cf. « l’obsession des frontières » de M. Foucher) même si elle est plus complexe. La 3ème partie est donc moins dans la ligne en montrant la complexité de l’action militaire, allant de la sécurité intérieure (toujours citer le mot magique) à la défense traditionnelle (oui, OK, c’est toujours un peu langue de bois). Le continuum (mot très chic, très tendance) va du contrôle de foule au Rafale (ou à la FREMM, ou au Leclerc, selon le pari que l’on fait de l’uniforme du correcteur) pour répondre à toutes les dimensions modernes de la frontière.

 


Olivier Kempf

Commenter cet article

clarisse 11/10/2008 17:09

Pour moi cette phrase signifie que la frontière est en nous, et explique que parfois, distinguer le bien du mal est si difficile.
Et disant cela, on se trouve face à des territoires inconnus…

OK 11/10/2008 18:15


Oui. Mais même si la réflexion estjuste, elle me semble éloignée de l'optique du concours du CID.


Odhinn 10/10/2008 18:39

Bonsoir.
.....je ne l'analyse pas ainsi...."nous sommes tous à la frontière, la frontière est partout" peut certes faire penser à l'attente du conflit. Mais comment analyser cette phrase" nous sommes tous placés aux portes du royaume" ne s'agit il pas du royaume "de dieu" des catholiques??? donc un royaume de paix (Péguy a connu tardivement la révélation divine et comme tout nouveau converti.....y a du zéle!!!) et surtout "la guerre est partout morcelée, brisée, émiettée" ==> ne serait ce pas l'annonce de la fin de la guerre? pour ensuite laisser poindre l'avènement "du royaume de paix"????

Ok 10/10/2008 23:44


Pourquoi pas ? je ne prétends pas épuiser le sujet, juste donner un moyen de le traiter.
Bien sur, évoquer l conversion de Péguy est une piste. Mais délicate, cf mes billets sur la religion: encore plus ds un concours laic. Cela ne signifie pas qu'il faut abjurer vos convctions : juste
etre prudent.
Si vous avez d'autres sujets, envoyez les moi.