Tristes Tropiques

Publié le

Une rétrolecture du Monde a attiré hier mon attention.

D'abord, l'article est de Roger-Pol Droit et je m'aperçois, plus le temps passe, que cet auteur dit des choses intéressantes. Voir notamment son petit opuscule sur la notion d'Occident dont j'ai déjà dit le plus grand bien (voir ici). Et c'est lui aussi qui a le premier attiré mon attention sur le bouquin de Gougenheim (voir ici)(d'ailleurs, coïncidence, j'ai commencé sa lecture hier soir!).
Surtout, le croyais que "Tristes tropiques", de Claude Levy-Strauss, était la bible du structuralisme, une sorte de recueil de la bonne pensée relativiste, tiers-mondiste et repentante avant l'heure.

Bref, je n'ai jamais lu ce bouquin.


Je sais, je sais, ce n'est pas bien.

Mais je n'ai plus dix-neuf ans et j'ai donc appris qu'il est moins ridicule d'avouer n'avoir pas lu un livre que de faire semblant de l'avoir lu.







Or donc, la lecture de l'article de Droit m'a immédiatement rappelé le petit billet sur "géopolitique et structuralisme". Et Levy-strauss, anthropologue, est aussi un homme de voyages, un littérateur, un philosophe. Il m'a tout l'air d'être aussi un géopolitologue qui s'ignore. Ou plutôt, un micro-géopolitologue (voir ici), un géopolitologue du détail qui permet d'accéder à des compréhensions plus larges.

Vous me direz : tout ça est très théorique. Conceptuel.

Oui. Mais selon moi, il n'y a pas de géopolitique sans fonctionnement de l'intelligence. Il faut nécessairement conceptualiser. Et s'astreindre, parfois, à lire "les grands auteurs".

Bref. Si je passais quelques mois sur une île déserte c'est un bouquin que je prendrais avec moi dans ma cantine.

Bien qu'on sache, avec Lévy-Strauss, qu'il n'y a plus d'île déserte !

Et qu'il est peu probable, n'est-ce pas, que j'aille passer quelques mois sur une île déserte ou quelque chose d'approchant !

Olivier Kempf

Commenter cet article