Surcouf : le modèle corsaire

Publié le

Ainsi, on n'en saura pas plus, nous apprend zone militaire (ici)

Avec impertinence, on peut le regretter, puisque le modèle économique n'était pas si mauvais. Et quitte à faire du Retex, pourquoi ne pas remonter au XVII° siècle?
Ce système était d'ailleurs prôné à l'époque par le maréchal de Vauban, un des premiers géopoliticiens français (oui, Joseph, tu m'as bien compris, il y a aussi ce truc là à faire...). Auteur dont je vous conseille vivement les "Oisivetés", qui sont reparues l'an dernier.

Au fait.

Donc, des investisseurs privés réunissent des fonds, arment un bateau, trouvent un capitaine homme de guerre, qui reçoit une lettre patente du roi (lettre de course, d'où le nom de corsaire), à charge pour lui d'aller attaquer tous les navires ennemis : il se paye sur ses victoires.

Voilà donc du capitalisme guerrier, de la société militaire privée.... Il y avait risque, mais il y avait espoir de profit.

Et ça permettait de suppléer les mauvaises rentrées fiscales du roi, qui manquait toujours d'argent pour faire tout ce qu'il avait à faire.

Et si c'était ça, le vrai message de Surcouf : un plaidoyer en faveur des SMP...

Publié dans Pensées partielles

Commenter cet article