Terrorisme : pas de solution sur le champ de bataille !

Publié le

L'observateur ne peut qu'être frappé par la succession d'attentats de ces dernières heures :
- Turquie
- Irak
- Inde
- Menace en Chine (ici)

Deux remarques :
- tout d'abord, le phénomène ne peut être réduit au proche ou au moyen-orient, comme on a tendance à le percevoir en Occident. L'attentat terroriste est devenu un mode courant d'expression politique.
D'ailleurs, malgré les apparences, il ne faut pas non  plus le réduire à une expression qui serait "consubstantielle" à l'islam, autre erreur de perception qui a cours en Europe. Par exemple, en Turquie, il est très possible qu'il s'agisse du groupe Ergenekon (d'ailleurs, je n'ai pas voulu l'évoquer lorsque l'affaire avait surgie il y a quelques jours, mais ce complot d'extrême-kémalistes m'a fait immédiatement penser à un lointain surgeon des "armées secrètes", cf. ma fiche de lecture ici). De même, dans le monde indien, ce sont bien les Tamouls qui ont, les premiers, inventé l'attentat suicide.
- Ensuite, il est très symptomatique que cela intervienne dorénavant dans les deux nouvelles puissances d'Asie, Chine et Inde. Or, cet aperçu doit être gardé à l'esprit car l'idée commune actuelle est que "les BRIC sont l'avenir du XXI° siècle" (BRIC = Brésil Russie Inde Chine). "L'avenir" en question sera (est) confronté aux mêmes problèmes stratégiques que nous.

Une perspective ;
Selon un rapport de la Rand, rendu public le 23 juillet (dixit une dépêche de l'AFP), le traitement militaire du terrorisme est inefficace ! "il n'y a aucune solution au terrorisme sur le champ de bataille". Voir un CR détaillé sur theatrum belli, un bon blog québequois qui a juste un défaut, celui de ne pas mettre EGEA en lien.

Bon. J'ai l'impression de voir le reflet de ce que je sussurai dans ces colonnes, à savoir

1/ que la force militaire n'est qu'un agent de résolution du problème "terroriste" et que celui-ci passe par une solution politique et étatique. L'Etat, qui a le monopole de la violence légitime (donc armée, police, justice) est le seul à pouvoir faire face, car il est légitime (d'où deux csq : les institutions internationales sont mal armées à ce sujet, et la légitimité est chose fondamentale, ce qui pose la question des troupes alliées).

2/ que la GWOT évoquée par les Etats-Unis est chose ridicule, car elle fabrique un ennemi à partir d'un mode opératoire, ce qui est fondamentalement une erreur géopolitique (et donc, stratégique).

Olivier Kempf

Publié dans Géopolitique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bzhita 30/07/2008 02:26

d'ailleurs, sauf erreur de ma part, le terrorisme en Europe a été contré efficacement par des opération d'intelligence et des actions sur le contexte politique plutôt que par le simple rapport de force militaire.

Je nuancerais moi-même mon propos en rappelant que, selon l'étude citée, le terrorisme "réligieux" est plus tenace que celui "politique". Or en Europe, malgré le contre exemple nord-irlandais (et encore) le terrorisme a été essentiellement politique.

30/07/2008 15:08


Oui. En Europe, ce fut une affaire de police avant d'être une affaire militaire (si ça le fut jamais).