Puissance militaire

Publié le

1/ L’étudiant qui débute son apprentissage en relations Internationales est quasiment immédiatement confronté à la question des facteurs de la puissance. Et bien sûr, la puissance militaire est présentée comme un de ces facteurs majeurs, dont la citation invariable dans les différents manuels suggère l’importance. Certains, pourtant, après la guerre froide, s’essayèrent à suggérer que ce facteur était en perte de vitesse, etc.

 

2/La guerre du Kossovo puis les attentats du 11 septembre, joints au discours américain sur la « Transformation » remisèrent ces tentatives au placard. Et devant l’énorme effort budgétaire des Etats-Unis, chacun reconnaissait que la puissance militaire constituait bien un facteur essentiel de la puissance.

D’autres (E. Todd) allèrent même jusqu’à expliquer que les Etats-Unis échangeaient leur puissance militaire contre le paiement de leurs déficits jumeaux par les épargnants du monde entier.

 

3/ Voici pourtant qu’il faut préciser les choses : la puissance militaire est un facteur incontestable de puissance, encore doit-elle être dûment utilisée.

a/ Par exemple, voici une puissance dont le budget de défense dépasse la somme des budgets de défense des dix puissances qui le suivent. Un monstre après lequel personne ne court. Mais un monstre pataud, qui s’embourbe en Irak, s’enlise en Afghanistan et se fait défier par les rodomontades iraniennes. Tout ça pour ça ?

b/ voilà une autre puissance qui fut autrefois un super grand mais qui a traversé un écroulement de son système économique, même si elle conserve quelques têtes nucléaires. Jouant bien aux échecs, elle réussit à défaire un pays voisin inutilement provocateur et donc la puissance militaire atteint au mieux le millième de la sienne. Sa propagande est assez habile pour que tout le monde prenne peur et crie à un retour de la guerre froide, ce qui ne va pas sans flatter l’ego de ladite puissance. Toutefois, elle sait fort bien que si elle a fait quelques progrès depuis dix ans, il y a d’innombrables choses qui ont été déficientes au cours de la campagne d’été (voir le rdo pour un bon CR). Du coup, elle décide d’augmenter son budget de défense qui devrait, si tout va bien, atteindre le dixième de la première puissance de tout à l’heure.

 

4/ Qu’en tirer comme conclusions ?

-         Que la puissance militaire est une chose, la façon de s’en servir une autre. Et que cette façon est liée à des objectifs politiques.

-         Que l’argent consacré à la défense n’est rien sans la théorie d’emploi de cette puissance militaire.

-         Qu’il vaut mieux choisir des ennemis qu’on est sûr de battre.

-         Que ce qui compte, c’est non seulement la victoire, mais la façon dont cette victoire est ressentie. Car la victoire s’obtient sur l’adversaire,mais elle a des répercussions sur les voisins. Et qu’il est possible qu’on fasse la guerre non pour battre cet ennemi, mais pour impressionner ce  voisin.

 

5/ La puissance militaire n’est donc pas seulement quantitative. Ou encore : autrefois, l’ouest opposait son intelligence à la masse de l’est. Aujourd’hui, la masse pataude est à l’ouest et la subtilité est à l’est. L’Europe est au milieu et ne sait qui choisir.

 

Olivier Kempf

Publié dans Géopolitique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Q
En attendant les USA y sont.On verra sur le long terme s'ils ont perdu.<br /> Je connais une autre ex puissance qui a 36 Milliards d'€ de budget militaire annuel mais qui dépense tout son budget dans son personnel pléthorique et inprojetable constitué d'administratifs pour une proportion délirante .<br /> Une ex puissance à la grande gueule mais qui fait rire un pays sous développé de la taille de la Syrie qui n'hésita pas à tuer son ambassadeur se sachant à l'abri de toute represaille sérieuse.<br /> Une ex puissance sous armée au matériel obsolète spécialisée dans le portage de sacs de riz (par des avions Ukrainiens loués).Qui suis je?
Répondre
F
L'Europe a t'elle les moyens (financiers, la volonté politique et démographiques) de choisir la masse? A t'elle aussi les moyens de choisir l'intelligence qui demande plus de liquidités brutes? <br /> <br /> Ne pas savoir choisir ou vouloir choisir une position médiane (réversible, économique et bien servi assez efficace)...
Répondre
O
<br /> La question fondamentale est celle de al volonté. APrès, les moyens sont mis en oeuvre : surtout s'ils sont diplomatiques....<br /> <br /> <br />
C
On choisit toujours des ennemis qu'on est sûrs de battre, sauf quand ce sont eux qui nous choisissent...
Répondre
O
<br /> Dans le cas de la Géorgie, elle a choisi...<br /> <br /> <br />
V
A mon sens, on revient vers CVC : le role primordiale de la volonté, souvent occultée au profit de la puissance militaire pure qui n'est finalement qu'un potentiel.
Répondre
O
<br /> Ou plutôt, à l'affrontement des volontés.<br /> <br /> <br />