Samedi 18 octobre 6 18 /10 /Oct 23:23

La crise boursière révèle une remise en question du libéralisme. Ou du moins de ce qu’on a appelé, ces dernières années, le libéralisme.

Son premier modèle est économique. Il affirme que le marché s’autorégule, et qu’une main invisible procure l’harmonie. Il faut donc « laisser faire et laisser passer ».

 

Mais ce libéralisme économique a encouragé le libéralisme politique et le libéralisme des moeurs. Là aussi, il fallait « laisser faire ». Le libéralisme économique a donc accompagné un libéralisme culturel et social, presque libertaire et libertin, pour reprendre une association de mots revendiquée par Philippe Sollers.

 

La question se pose alors : le déclin du libéralisme économique (du moins comme modèle idéologique) va-t-il entraîner le déclin du libéralisme politique et du libéralisme sociétal ? Et l’appel actuel à la régulation va-t-il également s’opérer dans le domaine des mœurs ?

 

Si c’était le cas, la crise de cet automne ne signifierait pas seulement la fin du thatchéro-reaganisme, ce que chacun évoque,  mais aussi la fin de la pensée 68.

 

Olivier Kempf

Publié dans : Pensées partielles - Communauté : Géopolitique
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : Etudes Géopolitiques Européennes et Atlantiques
  • : Le blog d'Olivier Kempf sur la géopolitique et les questions de sécurité dans l'aire européenne et atlantique.
  • Etudes Géopolitiques Européennes et Atlantiques
  • Partager ce blog

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles

Communautés

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus