Le monde en 2025

Publié le

Dans le Monde de samedi, on remarque une très bonne page « planète » (qui devrait intéresser tout amateur de géopolitique pour ses regards transverses).

Je note bien sûr l’article d’Hervé sur « les Etats-Unis décrivent leur futur affaiblissement », qui rend compte d’un rapport du National Intelligence Council. Ce rapport de prospective essaye de décrire le monde en 2025.

 

1/ Le lecteur habituel d’EGEA n’y découvrira pas forcément de grandes nouveautés : le glissement du pouvoir économique de l’occident à l’orient est déjà entamé depuis dix ans. Le pic pétrolier est une hypothèse maintenue, et la pénurie d’eau une certitude. La démographie mentionne le vieillissement de la Chine, facteur bien souvent ignoré dans nos analyses sur les triomphes chinois. Le terrorisme sera en retrait, même si le rapport maintient que la prolifération nucléaire demeurera inquiétante.

 

2/ Hervé insiste beaucoup sur le risque de déséquilibre climatique irréversible : c’est normal, il est spécialisé dans l’environnement, et il est déjà remarquable que des « environnementalistes » fassent la démarche de s’intéresser à la géopolitique.

La nécessité d’un couplage intellectuel entre les deux visions s’affirme de jour en jour. Je suis heureux que nous y contribuions un tant soit peu (même si, pour le coup, cet article lui revient totalement et si je ne suis absolument pas intervenu) (voir ici mon billet sur notre contribution).

 

3/ Pour le reste, je note que le rapport prédit un affaiblissement des Etats-Unis : ce qui ne veut pas dire que les Etats-Unis deviendront une puissance de second rang. Seulement qu’ils rentreront dans le rang et ne domineront plus la monde aussi nettement qu’ils l’ont fait au XX° siècle. Ce déclin relatif est inéluctable et déjà entamé. Le dire ne signifie pas qu’on est anti-américain, ou défaitiste, ou qu’on mésestime leur capacité de maintien : juste qu’objectivement, leur puissance relative aura diminué, même si elle demeurera dans le peloton de tête. Ceci pour préciser mes réponses à certains  commentaires précédents sur la question.

 

Olivier Kempf

 

Publié dans Géopolitique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

E. Alesandrini 29/11/2008 00:13

Un autre élément humain serait peut-être à prendre en compte dans les facteurs de l'avenir : le déséquilibre croissant, dans plusieurs pays moyen-orientaux et orientaux, entre les sexes à la naissance. Pour l'instant, c'est encore modéré, mais dans moins de vingt ans, il y aura des masses d'hommes jeunes qui ne pourront pas trouver d'épouses. Vers quoi détournera-ton leurs frustrations ?

OK 29/11/2008 23:24


Oui, la démographie est un facteur fondamental de géopolitique. SUr le sujet, on lira Oliveir Todd, qui essaye de lier géopoltique, sociologie culturelle et conséquences géopolitiques.


Anonyme 25/11/2008 11:52

Juste pour vous préciser que vous avez fait une petite faute de frappe dans le paragraphe 3/ : "ne domineront plus LA monde".
Et supprimez mon commentaire ensuite, bien sûr.
Félicitations pour la pertinence de vos réflexions, bonne continuation.

OK 25/11/2008 13:56


Mais j'accepte toutes les remarques, y compris sur la fomre, incluant donc les coquilles et erreurs de frappe : pas assez professionnel, vous avez raison.


clarisse 24/11/2008 14:50

J'ai justement lu hier une critique tout à fait noire de ce rapport sur http://euobserver.com/9/27158 et des commentaires assez intéressants ici http://blogs.ft.com/westminster/2008/11/europe-a-hobbled-giant/

Deux extraits particulièrement roses :
"Continued failure to convince sceptical publics of the benefits of deeper economic, political, and social integration ... could leave the EU a hobbled giant distracted by internal bickering and competing national agendas, and less able to translate its economic clout into global influence"
et "Crime could be the gravest threat inside Europe as Eurasian transnational organisations - flush from involvement in energy and mineral concerns - become more powerful and broaden their scope."