Néo-gaullisme

Publié le

On taxe N. Sarkozy d’atlantisme forcené, ce que manifesterait sa décision du retour dans l’Otan.

On ne voit pas que sa pratique européenne est plus gaulliste que nature, puisqu’elle cantonne la commission dans un rôle annexe, revient à l’intergouvernemental et pratique une ouverture à l’est en direction de la Russie.

Le moteur est franco-britannique. Comme si était levée la contradiction originelle du général, qui refusait la Grande-Bretagne dans la communauté au motif qu’elle menacerait la cohésion européenne en jouant trop l’intergouvernemental....

L’axe entre Paris et Londres rétablit une pratique gaulliste originelle. Mais M. Sarkozy a toujours prétendu qu’il était plus gaulliste qu’on ne le disait.

Le plus remarquable est que le soutien anglais permet à la France d’utiliser l’Europe comme un multiplicateur de puissance (son projet géopolitique depuis la guerre), tout en revenant dans l’Otan pour concurrencer l’outil anglais de multiplication de puissance.

 

 

O. Kempf

 

Publié dans France

Commenter cet article

ArnaudH 16/12/2008 14:12

Si, si, ce n'est pas suffisamment explicité dans les articles qui traitent du sujet* et pourtant le tournant est de grande importance, compte tenu des blocages des institutions post Delors / Mitterrand / Kohl, et de l'incapacité de Blair pendant son mandat à réussir le grand retour du Royaume-Uni dans l'UE.

* http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/12/13/m-sarkozy-a-orchestre-un-retour-de-l-europe-des-etats_1130695_0.html

ArnaudH 13/12/2008 17:45

Très bien vu, surtout sur les multiplicateurs de puissance.

OK 13/12/2008 18:11


Oh! ce n'est pas très original, du moins je crois.