Le renouveau géopolitique de l’Arctique

Publié le

1/ L’Arctique était une terre stratégique de la guerre froide, pour une raison nucléaire : dans l’affrontement entre les deux grands, la plus courte distance qui les joignait passait par l’Arctique. On passait donc sous l’Arctique, ou très au-dessus : d’une part avec les sous-marins nucléaires (la principale base russe était en mer Blanche) ; d’autre part avec les missiles balistiques intercontinentaux qui devaient survoler la banquise. L’Otan mit en place tout un système d’écoutes pour encadrer cet affrontement nordique : système NADGE, système SOSUS, etc.

La référence à l’Otan est tout sauf anodine : quatre des cinq puissances arctiques sont otaniennes : Etats-Unis, Canada, Norvège, Danemark, sans même parler de l’Islande qui est péri-arctique. Et certains s’inquiètent de l’utilité de l’Otan ???? Il faudra leur dire, en avril, à Strasbourg !

Toutefois, avec la fin de la compétition bipolaire, on avait un peu oublié toutes ces glaces.

 

2/ L’Arctique a connu, en 2007 et 2008, une grande renaissance géopolitique, pour plusieurs raisons fondamentales, qui dépassent le symbole du drapeau russe planté sous la banquise :

-         l’intérêt renouvelé pour la défense anti-missile

-         le nouveau carrefour de routes maritimes que permettrait l’ouverture des passages du nord-ouest et du nord-est, et qui favoriserait les échanges entre la triade économique Europe-Amérique-Asie orientale

-         le probable gisement de ressources minières

 

3/ Ces deux derniers événements sont rendu possibles par le réchauffement climatique. Ce qui fait que certains font mine de le déplorer, mais y sont vivement intéressés.

 

4/ Cela a déjà des conséquences géopolitiques évidentes. Certaines puissances polaires seront considérées comme colonisatrices : Groenland, Féroé et Spitzberg feront l’objet de toutes les attentions des bons esprits autonomistes, indépendantistes, etc.

 

5/ De même, le principal des revendications de territoires sous-marins (voir mon billet) tient d’abord au prolongements des îles et presqu’îles sous la calotte glaciaire : Groenland, Spitzberg, dorsale Lomonossov, ...

 





Carte obtenue sur le site de l'IPEV : http://www.institut-polaire.fr/ipev/galerie/arctique/cartes/carte_arctique

Les ours blancs ont du souci à se faire. Au fait, l’Arctique, étymologiquement pays de l’ours, ne tient pas son nom des braves mammifères qui l’habitent, mais du fait qu’on l’atteint en suivant l’étoile polaire, grâce à la Grande Ourse.

Pourvu qu’on garde le Nord !

 

O. Kempf

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

P@lp@tine 09/01/2009 18:22

Vous avez été écouté :
http://www.upi.com/Emerging_Threats/2009/01/08/NATO_to_hold_seminar_on_arctic_thawing/UPI-36761231466902/

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-26596424.html

OK 09/01/2009 21:24


Eh !


P@lp@tine 02/01/2009 17:05

Bonjour et meilleurs voeux à vous et à vos proches ,
Jeudi 8 à 1h10 du matin il y une emission sur " LA 5 " sur la geopolitique du Groenland .
De même la conference " Arctic frontiers " va se tenir cette année en broadcast live sur internet ( en Russe et Anglais )
http://www.arctic-frontiers.com/

OK 02/01/2009 18:50


Merci et meilleurs voeux également.
Merci pour les infos