La guerre de Gaza, vu du Hamas

Publié le

Essayons de voir la guerre en cours avec les yeux de l'autre belligérant, ceux du Hamas. Et en sortant de la vision larmoyante et morale que les partisans de la cause palestinienne emploient à l'excès, la desservant par la même occasion. 
J'y suis incité par la lecture de l'excellent billet de Zeus Irae (ici), qui vient régulièrement commenter mes billets ces derniers temps, et je le remercie au passage de sa contradiction fructueuse.
On lira aussi avec intérêt l'article de M. Dalhan dans le Monde d'hier soir (ici).

1/ Le Hamas, présenté comme croquemitaine par Israël, suivi en cela par les Occidentaux, ne dispose finalement que de très peu d'armes :
- les quelques roquettes qu'il fabrique (visiblement seul, avec peu de soutien extérieur). Militairement, il a cessé les attentats suicide qui l'ont fait ranger dans les organisations terroristes.
- la non reconnaissance d'Israël
- sa survie aux coups
- le constat par les Palestiniens que la voie de la négociation ne mène à rien (l'Autorité palestinienne, ayant choisi le dialogue avec Tel-AViv, n'a rien apporté aux Palestiniens depuis... des années).
- quelques réseaux extérieurs, avec les Frères musulmans égyptiens, avec la Syrie, avec Téhéran (de loin). Tous plus fragiles les uns que les autres.
Par conséquent, le Hamas domine la bande de Gaza (D'ailleurs, sa disparition entraînerait une anarchie dont il n'est pas sûr qu'elle soit préférable à sa présence qui régit la population gazaenne).

2/ Quels que soient les coups frappés par Tsahal en ce moment, sa survie me paraît assurée car il y aura toujours des "jeunes" pour remplacer les militants qui sont tombés ces jours passés. Et la disparition d'un ou deux responsables politiques à Gaza favorisera l'émergence de nouvelles têtes. Les roquettes continuent de partir, marquant symboliquement la volonté d'en découdre.

3/ Les roquettes pourront cesser ou dimiuner, provisoirement. Et les tunnels ne seront vraisemblablement jamais contrôlés en totalité. Il y aura donc persévérance de l'affrontement.

4/ Or, cet affrontement est existentiel. Pas seulement pour le Hamas, même si c'est d'abord le cas du Hamas. On a l'impression que les deux parties n'existent que parce qu'il  y a affrontement. C'est évident s'agissant du Hamas. Mais cela semble également le cas de la part d'Israël.

5/ La conclusion est simple : le Hamas perdurera à l'opération en cours. Il n'y a pas de solution militaire. Celle-ci est fondamentalement politique. Et elle est entre les mains d'Israël, car c'est le seul à avoir l'initiative.

6/ C'est ici que l'on peut évoquer un scénario différent du 3ème scénario que je vous ai proposé avant-hier :
A cause de leur fermeté alors qu'ils sont atuellement au pouvoir, les tenants d'une politique de négociation (Livni et Barrack) réussissent à former une coalition : ils ont donné à l'électeur israélien le sentiment que le camp de la paix ne braderait pas la sécurité d'Israël. En ce sens, la guerre en cours est un bien (insoupçonné) si elle les conduit au pouvoir. D'autant que cette fermeté n'empêchera pas le constat qui existera à l'issue des élections : le Hamas existe toujours.
Une voie de négociation est alors possible, non seulement avec la Syrie, mais aussi avec les Palestiniens. Il y a à ce moment une alternative, selon le résultat des élections palestiniennes de février (à supposer qu'elles se tiennent) : soit la Fatah, soit le Hamas. Ce sera plus facile avec le Fatah. Pour le reste, chacun connaît les voies du réglement : retour aux frontières de 1967, partage de Jérusalem, abandon par les Palestiniens du droit au retour. Si cette initiative politique réussit (favorisée, on s'en doute, par le gouvenrement Obama), on assiste à un incroyable retournement de situation.  Le Fatah gagne a légitimité qu'il a perdue. Les régimes arabes modérés soupirent de soulagement, et la voie extrémiste à Téhéran est subitement affaiblie, puisqu' Hamadinedjad n'a plus de fonds de commerce pour faire campagne : les voies d'une négociation générale au Moyen-Orient s'ouvrent alors avec d'excellentes perspectives.
Avouons que ce scénario est plausible : c'est-à-dire envisageable, avec des chances de se réaliser. Mais 1/ que ces chances sont faibles. Et 2/ que surtout elles reposent sur le sort des élections israéliennes de février, dont on ne peut préjuger actuellement, malgré les sondages.
Tout ceci pour dire que si l'on veut une victoire des réalistes (donc des opposants à Netanhyaou), il faut s'accommoder de la conduite actuelle des opérations.
Ce qui est tout sauf une garantie, d'ailleurs.

Mais l'intérêt (et le défaut) des scénarios prospectifs, c'est qu'ils aident à penser la réalité future por mieux comprendre la réalité actuelle. Ce n'est pas de prévoir l'avenir.

O. Kempf

Publié dans Proche-Orient

Commenter cet article

securite 07/04/2009 12:12

Cet article fait reagir!

rachid 20/01/2009 20:18

cette analyse me semble trés optimiste, et je vois plus que la région du moyen orient va rentrer dans une période de tension qui peut prèceder un conflit majeur. et la prochaine guerre entre israél et les arabes auralieu contre une armée réguliere soit la syrie soit l'iran et peut être même l'égypte. l'armée israélienne a passé d'un échec relatif au liban à une victoire trés relative. et du oup elle reviendra à ce qu'elle a fait sa légende la guerre contre des armées régulieres.

OK 22/01/2009 22:01


Oui, mais à condition que les autres veuillent se fortter à elle. Or, en "régulier", il faut que l'un des deux n'ait pas l'arme nucléaire, qui introduit une dissymétrie radicale. Un changement de
nature de la guerre.
C'est bien parce que beaucoup ne pouvaient pas vaincre par le haut, à cause de la supériorité du nucléaire israélien, qu'il n'y a que deux stratégies possibles : rétablir l'équilibre par le haut,
en acquérant soi-même le nucléaire; ou par le bas, en changeant de "règle" et en passant à la guerre irrégulière.


Thomas Renard 17/01/2009 14:20

Sur quelle base affirmez-vous que le Hamas construit ses roquettes seul avec peu d'aide extérieure? On sait que le mouvement est passé maître dans la fabrication de roquettes artisanales mais les indices se sont accumulés d'une aide de l'Iran au niveau de l'armement...

Quant aux tunnels, je n'arrête pas de m'interroger...ils passent en dessous d'une frontière de 15km de large seulement...est-ce donc si difficile de les repérer et de les bloquer? Bien sûr la sortie est en territoire egyptien, et Israël a intérêt à ménager son principal partenaire dans le processus de paix, mais comparer à des frontières avec la Cisjordanie ou type USA-Mexique, ou Inde-Bangladesh (où les gouvernements n'ont su répondre que par la construction d'un mur), 15km semble dérisoire...

OK 18/01/2009 20:55


Moui. Indices pas si concluants. Disons qu'il y a à ce que j'en ai compris ébauche de collaboration, mais qu'elle n'est pas pleine et entière : le Hamas voulant conserver son influence, Téhéran (à
supposer que "Téhéran" soit une entité monoagissante!) voulant avoir réellement un obligé fiable.

QUant aux tunnels, je partage vos interrogations.
D'un autre côté, cela nous renvoie à la notion de frontière en géopolitique. Voir M. Foucher notamment.